Au nom de l’Aza

Bienvenue sur mon blog

 

La mauvaise réputation du jeu vidéo 18 mars, 2012

Classé dans : Non classé — azaelhylia @ 19:44

Oui, aujourd’hui, j’avais envie de parler du jeu vidéo en général car c’est le loisir que je préfère… Et pourtant, comme dans la chanson de ce fameux Georges « La mauvaise réputation », le jeu vidéo bien que ce soit un loisir de plus en plus répandu n’a toujours trouvé grâce auprès des gens et en particulier des français que je trouve assez réticent à ce niveau là.

Historiquement, le jeu vidéo a commencé dans les années 70 mais le vrai boom du jeu vidéo s’est produit dans années 1980. Les sorties de l’Atari, de la NES et de la master system ont considérablement aidé à son intégration, puis par la suite Amiga, Megadrive, Super Nes, etc etc… Bien que l’industrie ait subi une crise sans précédent en 1983 (la fameuse année noire du jeu vidéo avec la légende de milliers de cartouche enterrés dans le désert du Névada), c’est resté un loisir qui n’a cessé de murir et de se développer. Et pourtant, je continue à entendre autour de moi que ce n’est pas un loisir « sérieux », que le jeu vidéo « rend idiot », bref, tout un tas de choses extrêmement désagréables quand on est un gamer comme moi. Les mentalités commencent à évoluer, mais seulement depuis quelques années…  D’après moi, le problème vient surtout encore une fois d’une méconnaissance assez énorme du média. Bien sûr, tout le monde va me citer Mario, Zelda (encore, j’ai des doutes pour Zelda), les FIFA/PES (qui font un véritable carton que je n’explique toujours pas mais bon) et ptet à la rigueur certaines des grosses productions récentes qui ont fait parler d’elle (vu le tapage médiatique) comme Call of Duty.

Comme dirait le Hooper (un fameux vidéo maker comme il se surnomme lui-même sur la toile), le jeu vidéo est un des loisirs préférés des français et nous n’en entendons que très peu parler à la télévision, pas une seule émission ne lui est consacré sur les chaînes publiques, ce qui est quand même assez hallucinant.  Néanmoins, pour tempérer mon propos, quelques quotidiens comme « Le monde » ont une rubrique jeu vidéo sur leur site, ce qui est tout de même une bonne chose d’être reconnu par un journal aussi important et aussi général.

Bref, il y a un peu de reconnaissance mais ce n’est pas encore ça. Pourtant, oui, le jeu vidéo est un média riche et, selon moi, injustement classé comme étant « pour gamins » ou étant « un royaume de l’inculture » comme j’ai pu l’entendre plusieurs fois dans mon entourage ou dans le cadre de mon travail. Non, le jeu vidéo peut véritablement apporter quelque chose au même titre qu’un film ou un livre, c’est juste une manière différente d’aborder une histoire, un univers… Bien sûr, il y a des jeux dit « de défouloir », mais la profondeur existe aussi, tout comme le cinéma qui possède ses blockbusters hollywoodiens (pas forcément inintéressants mais bon, souvent préformatés).

Tout dépend aussi du public visé, les jeux qui conviennent à des enfants ne conviendront pas forcément à des adultes et inversement. Personnellement, le jeu vidéo m’a beaucoup apporté, de manière extrêmement indirecte certes, et ça dépend aussi de la personnalité de la personne mais si l’on sait regarder, c’est un média qui peut apporter beaucoup !

Prenons par exemple le jeu Braid, techniquement, c’est « juste » un jeu de plate-forme énigme dans lequel on doit récupérer des pièces de puzzle. Si l’on ne regarde pas plus loin que ça, on pourrait se dire « ah, ce n’est qu’une vulgaire copie de Mario », les ennemis sont mignons, l’histoire ne se limite qu’à « trouver sa princesse », tout comme dans Mario (dont Braid emprunte constamment certaines « scènes » sous la forme d’easter’s eggs) …

Et pourtant, ce jeu est aussi bien plus que ça. Tout d’abord, les énigmes sont difficiles et il possède plusieurs niveaux de compréhension au niveau de son scénario.  Je pourrais m’étendre dessus mais d’après le créateur même du jeu, personne n’a encore véritablement TOUT compris dans Braid. On pourrait comparer ce jeu à la fin de 2001 l’odyssée de l’espace de Kubrick pour la fin qui laisse la place à l’interprétation, tout comme dans Braid.

Enfin, j’ai cité Braid mais j’aurais pu citer Ico, Shadow of the colossus, Majora’s Mask, Myst, Riven, ce sont tous des jeux qui apportent considérablement à quelqu’un qui est à un peu d’ouverture d’esprit. Civilisation aussi qui permet de créer au joueur sa propre civilisation et d’étudier un minimum l’histoire au travers de ça

Les points & clicks sont aussi des jeux à considérer comme « jeu intelligents » car ils mettent l’accent sur l’histoire et ses rebondissements. Certes, on est un peu plus « passif » dans ce type de jeu, mais il faut réfléchir et ce ne sont pas des jeux à réflexe mais plutôt à immersion.

Sans compter que la plupart des jeux sont désormais énormément scénarisé comme dans les films. Le dernier Mass Effect en est un parfait exemple, on a là le parfait mélange d’un film et d’un jeu. Dans une extrême limite, on pourrait dire que ce jeu est un film interactif où l’on choisit la progression.

Bref, le jeu vidéo est loin d’être un média idiot et je suis prêt à en discuter avec n’importe qui ayant un semblant d’argumentation et d’ouverture d’esprit.

 

Commenter

 
 

Le blog secret de Jean Loui... |
oganisation |
mathématiques |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Evolution de la lithosphère...
| tpe1eres7
| Blog du niveau intermédiaire