Au nom de l’Aza

Bienvenue sur mon blog

 
  • Accueil
  • > Archives pour novembre 2009

Chronique sur le jeu vidéo Risen 26 novembre, 2009

Classé dans : Non classé — azaelhylia @ 10:26

Coucou, je viens de finir Risen aussi appellé par certains « gothic 4″.

J’ai trouvé que c’était un excellent jeu de RPG qui prends notamment le contrepied de beaucoup de productions actuelles.Commençons déjà par la partie technique, graphiquement, il n’y a rien à redire, le jeu est beau, il donne envie de s’assoir sur une plage et de regarder la mer ou de monter en haut de la plus grande montagne et de regarder l’horizon. La bande son n’est pas en reste, elle est envoutante et il y a même le cd de musique qui est offert avec le jeu, le rythme notamment est très bon du à la présence de nombreux instruments de percussion. Je ne sais pas qui a fait cette musique, mais elle est au même niveau que ce que peut faire Jeremy Soule (et dieu sait qu’il fait des putains de bonnes musiques). Là où la note n’est pas parfaite, c’est au niveau de l’animation des personnages (notamment le saut que je trouve presque ridicule) mais c’est loin d’être un problème surtout que les animations ne sont pas toutes mal faites. Au niveau des voix, le jeu est remarquablement bien doublé et on aime particulièrement les remarques parfois acérés de notre personnage.

Venons en maintenant au jeu en lui-même et donc à son originalité, déjà les combats sont difficiles (pour tout dire, je suis mort au premier ennemi que j’ai rencontré, la base de la base p ). On n’est pas un grand combattant facilement, il faut augmenter la maîtrise de l’arme ainsi que la force etc etc… Mais la technicité du combat fait que le jeu est toujours aussi intéressant, on stresse vraiment de perdre son personnage dès que l’on rencontre un homme lézard (un des monstres parmis les plus forts de Risen). Autre point original, on n’augmente pas ses caractéristiques en tuant plein de monstres mais en remplissant les quêtes (comme dans Vampire Bloodlines pour les connaisseurs), ce qui pousse donc à les faire et donc à suivre l’histoire, ce qui n’est pas pour me déplaire. Autre point très positif, le bestiaire ainsi que les religions développées dans le jeu sont assez originales (bon on retrouve des choses assez commune mais des lézards de foudre (des lézards tortue en fait) ou des rats épineux, je n’en ai pas vu dans les autres jeux), ça contribue grandement à l’immersion dans le sens où l’on découvre un nouvel univers avec ses règles, son histoire et ses problèmes. L’histoire est par ailleurs assez sympathique à suivre et l’on a vraiment envie de continuer pour savoir ce qui se trouve derrière cette fichu porte ) . Par ailleurs, les monstres ne réapparaissent pas, ce qui est assez cool finalement et plus logique, quand on a sué pour vider un temple de ces monstres, ils ne reviennent pas vous casser les pieds un peu plus tard.

Bon venons en aux points négatifs maintenant, il n’y a pas de créations de personnages, même pas un chouia, on prend un personnage déjà crée, impossible de changer sa coupe de cheveux ou autres (ou même de jouer une femme), c’est à la fois un avantage et un inconvénient parce que autant c’est un plaisir de commencer avec un personnage et de le voir évoluer dans le sens qu’on veut sans qu’il y ait de prérequis (comme dans morrowind ou pour être mage, il vaut mieux être breton ou elfe) autant le fait de ne pas créer un nouveau personnage « graphiquement », ça me gêne un peu. Autre point négatif qui est finalement le principal défaut du jeu, il y a 4 chapitres… Mais, c’est les deux premiers chapitres qui sont vraiment intéressants et ouvert. En effet, les chapitres 3 et 4 se résument à faire de l’exploration de donjons à la Indiana Jones (pas mal de pièges même si ce sont tout le temps les mêmes (dommage ce point de vue là, j’aurais aimé des pièges plus variés)). Les deux premiers chapitres sont assez longs et donnent beaucoup de quêtes secondaires (même si c’est encore dénombrable, pas comme dans Morrowind où l’on a des quêtes à foisons à ne plus savoir qu’en faire), ce sont les plus intéressants car c’est là qu’on découvre les histoires et qu’on tisse des liens avec certains personnages. Surtout que finalement, le jeu ne possède que 3 « villes » (même si techniquement, une seule mérite le nom de ville, l’autre est un camp et l’autre un monastère), ce qui est mine de rien assez peu (la taille de l’île est assez petite et une fois vidée, il fait bon s’y ballader). Attention, je n’ai pas dis que les chapitres 3 et 4 étaient mauvais, loin de là (l’exploration pour certains points y est vraiment sympa) juste que j’aurais aimé que ça débloque de nouvelles quêtes dans la ville ou ailleurs.

Bref, en conclusion, je dirais que Risen est un très bon jeu qui se démarque de la concurrence par son univers, sa prise en main et son histoire. Il possède néanmoins de gros défauts qui j’espère seront corrigés par des add ons (vivement le prochain d’ailleurs). J’ai pris beaucoup de plaisir à découvrir ce jeu et je le conseille fortement car il saura vous apporter quelques dizaines d’heures de plaisir (je dirais prêt de 60 mais j’ai jamais été très bon aux estimations d’heures).

 

 
  • Accueil
  • > Archives pour novembre 2009

Voyage vers l’antartique 23 novembre, 2009

Classé dans : Non classé — azaelhylia @ 0:18

J’ai effectué récemment un petit voyage de « découverte » en Antartique. Ce territoire m’a toujours fasciné, si dur, si inhospitalier…

Pourtant, ça reste encore pour de nombreuses personnes (dont moi) une sorte de destinationvers l’inconnu. Une des rares zones où l’on ne sait pas vraiment ce que l’on va y trouver…  Océan antartique, île falkands (île Malouine en fait), cap horn… Autant de noms que l’on apprend à l’école sans vraiment savoir ce qui se trouve derrière, ni réussir à mettre une photos dessus.

Mon voyage à commencé justement aux îles Malouine justement pour y faire une courte halte avant le grand départ, l’extrémité sud du continent américain. Surexcité par l’idée de commencer à voir des pingouins ou des éléphants de mer. Les cormorans ainsi que les petits pingouins y sont légions. La terre nous fait profiter de ses sublimes anfractuosités comme à l’île du lion de mer avec « Rocky Pool ».

L’escale suivante s’est passé à 1300km de là sur l’île de l’éléphant (appellé ainsi à cause de la grosse colonie d’éléphant de mer trouvé à l’époque). Quelle magnificience… Cette montagne qui s’élève fierement au dessus des eaux. Pas de

Nous poursuivons le long d’Orca Seamount, les icebergs sont désormais devenu notre lot quotidien mais on ne s’en lasse jamais. Notre bateau avance sur une mer de tranquilit, nous écoutons le silenc, nous n’entendons que peu de choses à bord, si ce n’est le bruit du bateau fendant les eauxet quelques craquements glaciaux dus peut être aux réchauffemment climatique.

De ci, de là, nous voyons des pingouins qui plongent à la recherche de nourriture. Une pertubation de notre longue traversée silencieuse.

Malheureusement, il est déjà temps de faire demi-tour. Le touriste ne peut pas aller plus loin, retour à Ushuaia où nous reprenons l’avions pour Paris.

Et là, subitement, je me réveille, j’ai fermé google earth pour rêver encore un peu mais le rêve est fini face à la réalité  qui m’entoure.

Un jour, j’irais.

 

 
  • Accueil
  • > Archives pour novembre 2009

Le bouchon 18 novembre, 2009

Classé dans : Non classé — azaelhylia @ 18:56

Le silence, enfin.

Tout du moins, c’est ce que je croyais en montant dans ma petite C2 noire.

Je démarre la voiture, enlève le frein à main, et je finis par sortir du parking. Le calme, la maison, c’est pour bientôt.

Le paysage défile devant mes yeux, les cafés se succèdent aux restaurants et aux autres boutiques, Paris, comme à son habitude, est une ville animée… Un peu trop parfois même. Au premier carrefour, petit bouchon, étant patient et poli, je laisse passer quelques voitures jusqu’à ce que je me rende compte que personne ne me laissera moi-même passer. Autour de moi, les klaxons résonnent, encore et encore, ultime marque d’un univers continuellement pressé, continuellement en mouvement.

Le bouchon s’est avéré finalement plus sournois que prévu. M’attaquant directement à un niveau de fatigue avancé, je n’étais déjà pas très disposé à y passer du temps. Mon environnement n’était constitué que d’agression, de bruits incongrus et stridents, de lutte de pouvoir pour la malheureuse place devant moi, d’insultes proférées à l’encontre d’une pauvre mamie qui a eu la malchance de ne pas appuyer assez vite sur le champignon. Il est décevant de constater (comme souvent) l’absence d’humilité et de compréhension des êtres qui nous entourent.

Une heure plus tard, j’arrive chez moi, fatigué et fourbu. Quelqu’un s’amuse derrière ma tempe à donner des gros coups de tambour.

Mais le silence, enfin.

 

 
 

Le blog secret de Jean Loui... |
oganisation |
mathématiques |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Evolution de la lithosphère...
| tpe1eres7
| Blog du niveau intermédiaire